Partagez | 
 

 baila conmigo (libre)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
mungo


Tes messages : 28
Inscription : 16/04/2017
Ta célébrité : Charlie Heaton
Crédits © : kawaiinekoj

Ta présence ici : Je suis là !
Monté à bord à : New York
Argent sur toi : 103$
Dans ton sac : Passeport canadien, passeport irlandais, permis de conduire, sept condoms, caméra Polaroid, paire d'écouteurs, un baladeur-cassette, un briquet, un vieux Nokia, The New York Trilogy de Paul Auster et un éléphant en peluche.
Relations : + Elio
+ Nae
+ Jay


MessageSujet: baila conmigo (libre)   Sam 13 Mai 2017 - 1:51


15 avril 2017

Les chaudes nuits new-yorkaises n'ont pas d'égales. Enfin, songe Bryan, c'est assurément ce qu'il dit toujours, indépendamment de la cité qu'il pénètre ou envahit et dont il pille tout le plaisir, avant que celui-ci se retrouve épuisé. New York, certes. Mais aussi Londres, Montréal, Barcelone, Key West, Ibiza, Oslo, Toronto, Bristol, Vancouver, Glasgow, Reykjavik, Madrid, Tokyo, Seattle, oh et il en passe. Et bien sûr la mer. La mer qui est toujours la même, sans pays, sans limite. Sous l'égide d'un rythme suave, il n'existe plus que le royaume de ses rimes. C'est ce à quoi songe Bryan comme il bondit sur le plancher de l'appartement, ses bras tendus, ses mains caressant le plafond terrestre. Un vieil ami à lui, des temps où il vivait à Manhattan, l'avait mené à cette géante célébration bellow 14th street. Il y croise des visages pour la première fois, dont le souvenir fugace s'évanouit dès qu'il est formé, l'ecstasy s'étant emparé du jeune homme. Voilà le nouveau rêve à l'américaine, faire le party dans les U.S.A.

Les heures s'écoulent comme les gens avancent dans la tiédeur de la nuit. Minuit n'est plus qu'un souvenir, mais les gens dansent comme s'il ne sera jamais trop tard, Bryan parmi eux. En quelque sorte, ce sont ses derniers moments en tant qu'homme libre, mais le mariage dans lequel il prévoit s'engager, les voeux qu'il s'apprête à formuler sont bien plus excitants que ce d'autres auraient tendance à prétendre. Traverser le continent d'un bout à l'autre, bercé par les crevasses des autoroutes de l'Amérique et le ronronnement d'un moteur magique. Si demain il rencontre his fellow pilgrims et il est complètement excité.

Le flat est étouffant, les souffles et les sueurs de chacun contribuant à touffer l'humidité de la pièce, les torrides lumières les fustigeant n'aidant point les jeunes gens à voir leur corps se rafraichir. Si Bryan raffole de cette étranglante étreinte, il échappe à la masse et s'égare parmi les méandres de l'appartement. Il s'échappe sur un balcon, très haut, qui lui offre sur un plateau d'argent la vision des toutes les visions, celle-là surpassant tous ces désirs. NYC shinin' bellow the night sky. La ville et ses lueurs font compétition aux étoiles dans le firmament, comme si ce dernier, dans sa noirceur oblique ne faisait que copier la couleur des tripes de l'Hudson. S'accoudant contre le garde-fou et sentant le sol vibré sous l'effort des danseurs et la hauteur de la musique, le vrombissement lui rappelle le souvenir de la mer, précisément de sa houle, qui, plutôt que de lui inspirer un haut-le-coeur, a toujours su entraîner Bryan dans son mouvement passionné. Son regard s'échappe dans les cieux interminables, ceux-ci, s'étant doublé en haut et en bas. D'une certaine manière, le cosmos du sol semble encore plus profond que celui des étoiles. Perdue dans cet espace, embrassant un pétard, Bryan a une vague pensée pour tous ceux qu'il laisse de côté pour faire ce voyage. Toutefois, ce court songe ne lui inspire qu'un rictus. Lequel est rapidement interrompue, comme quelqu'un le rejoint sur le large balcon. Bryan sourit, sans étudier la personne s'attroupant à ses côtés, mais son bras se tend vers l'intrus ou l'intruse, le pétard coincé entre son index et son majeur.

« Il faut partager les bonnes choses. » soupire-t-il.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
doobie


Tes messages : 25
Inscription : 16/04/2017
Ta célébrité : kim taehyung
Crédits © : neo venus

Ta présence ici : Je suis là !
Monté à bord à : New York
Argent sur toi : 500$
Dans ton sac : calepin, harmonica, bouquins, cigarettes, chewing gum, stylo, un vieux bandana,

MessageSujet: Re: baila conmigo (libre)   Sam 13 Mai 2017 - 3:50

- baila conmigo
jay & bryan

nos démons de minuit : Jay est un adepte des soirées. Il n'en manque pas une. D'autant plus qu'il possède de nombreux amis très investis dans le monde de la nuit. Les réveils difficiles, les gueules de bois,il ne les compte plus. C'est un fait récurent. A peine pose-t-il les pieds à l'appartement où la soirée bat son plein, il est déjà entouré d'une flopée de connaissances venant le saluer à tour de rôle ou en même temps, le mettant directement à son aise. Assez vite, il se retrouve avec un verre d'alcool dans les mains. Signe que la soirée ne fait que commencer pour lui. Jay, c'est en quelque sorte l'ambianceur. Ce mec qui va rassembler tout le monde, et qui exige que personne ne reste sur le côté. Très vite, ses pensées s'embrouillent, ses gestes deviennent de moins en moins coordonnés sur la piste de danse. Il se frotte aux premiers corps qu'il trouve, se laisse peloter ou inversement. Dans ces moments, les sentiments comme la honte, la chasteté et toutes ses conneries de nonnes bienveillantes n'existent plus. Dans ces moments là où les cerveaux rament, les pensées divaguent et les pulsions prennent le dessus, il a l'impression que les gens sont tous égaux. Que peu importe les problèmes qui habitent chacun, ils se sont évaporés avec le peu de lucidité qu'ils leur restaient.

La lucidité c'est ce qu'il lui a manqué avant d'accepter de sucer un mec dans les toilettes et quelques minutes plus tard, d'empaler une nana dans une penderie. Remontant sa braguette, les mains tremblantes à cause de l'alcool ou de son précédent orgasme, il abandonne la jeune fille avachie sur une pile de vêtements, à moitié consciente. Le temps de traverser le couloir, il a déjà oublié à quoi elle ressemblait et il ne tenta même pas de se rappeler son prénom parce qu'il est quasiment certain ne lui avoir jamais demandé.

Le pas un peu chancelant, il se dirigea vers le balcon, y trouvant un inconnu. Un inconnu très généreux qui lui tendit un joint qu'il confondit avec une cigarette. Il s'en rendit vite compte de la différence lorsqu'il en prit une taffe. Il rendit le pétard à son propriétaire en faisant la grimace.

"C'est sympa, mais les pétards c'est pas trop mon délire."

Sur ses mots, il tira un paquet de cigarette de la poche de sa veste et s'en alluma une. Le silence s'installa sur la terrasse et Jay prit le temps d'observer New-York la nuit. Toujours aussi animé comme en plein jour. Sauf que le soir, c'est pas la même air qu'on respire. C'est pas la même aura qui s'en dégage.C'est mystérieusement beau.

"Putain, ça fait genre 21 années que je vis ici et j'ai jamais réalisé à quel point cette ville était belle!"




_________________

   
   

       

           

       

       Il donne à manger avec la cuillère et crève les yeux avec le manche. Alors tu continues à bouffer sans même te rendre compte qu'il te sert de la merde.
©️ Frimelda


Dernière édition par Jay Lee le Mer 31 Mai 2017 - 2:32, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
mungo


Tes messages : 28
Inscription : 16/04/2017
Ta célébrité : Charlie Heaton
Crédits © : kawaiinekoj

Ta présence ici : Je suis là !
Monté à bord à : New York
Argent sur toi : 103$
Dans ton sac : Passeport canadien, passeport irlandais, permis de conduire, sept condoms, caméra Polaroid, paire d'écouteurs, un baladeur-cassette, un briquet, un vieux Nokia, The New York Trilogy de Paul Auster et un éléphant en peluche.
Relations : + Elio
+ Nae
+ Jay


MessageSujet: Re: baila conmigo (libre)   Sam 13 Mai 2017 - 5:59


Malgré les cris des fêtards, les sirènes des voitures de police, le rugissement de la musique tranchant l'étanche silence de la nuit, Bryan entend très bien le garçon à ses côtés. Ses mots coupent les autres bruits, comme si ceux-ci s'étaient inclinés devant le sien. Ou peut-être n'est-ce pas du à la qualité du jeune homme, mais bien à ce balcon, dont la majestuosité les brandit sur un piédestal unique, éloigné du reste de la troupe. La royauté urbaine, des héros parmi les gitans. Mais ne sont pas tous les gitans des héros? Bryan sourit à cette illustre pensée et réfléchit doucement à la notion d'héroïsme, comme ses lèvres étranglent de nouveau le pétard et en suce le venin. Quel empoisonnement merveilleux.

Les yeux de Bryan délaisse les étendues noires et brillantes, pour se concentrer sur celui qui se tient à ses côtés. À nouveau, il loge le pétard contre sa bouche et tire. Son esprit est en évanescence, mais ne cesse de resurgir. Comme s'il s'accroche à l'instant, sans raison particulière.

« New York City. Ouais. Quelle beauté. Profitons-en. »

Son coeur se chérit dans les bras d'une telle amante qu'est la Grosse Pomme, mais son coeur est aussi ingrat et avide. Il en veut plus. Et il traite les gens comme il traite ces cités. S'il en a une, il ne le sait pas. Et s'il a des gens, il l'ignore aussi. Il est pire que le vent qui fait glisser les marins sur les flots avant de disparaître dans l'azur et laisser les matelots avec le cruel choix de mourir de soif ou bien de boire la mer et de devenir fou. Mais Bryan n'est pas un monstre. Il ne peut simplement pas rester sur place.

Son pétard n'est plus et il en balance les restes par-dessus le garde-fou. Il s'approche de son nouvel ami et tend sa main dans la poche de la veste de ce dernier et saisit une cigarette.

« Tu veux bien m'allumer? »

Il sourit à son interlocuteur, avant d'ajouter.

« C'est la nuit parfaite pour danser, boire, fumer et baiser. » énumère-t-il, tel un sage parmi les jouisseurs.

Bryan se sait complètement défoncé. Pourtant, un rictus s'échappe de sa gorge, comme il réfléchit à voix haute.

« C'est un jeu. Il faut y jouer. » rit-il, s'adressant à celui qui pourrait être son nouveau compagnon, le temps... le temps que le Soleil retrouve son trône.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
doobie


Tes messages : 25
Inscription : 16/04/2017
Ta célébrité : kim taehyung
Crédits © : neo venus

Ta présence ici : Je suis là !
Monté à bord à : New York
Argent sur toi : 500$
Dans ton sac : calepin, harmonica, bouquins, cigarettes, chewing gum, stylo, un vieux bandana,

MessageSujet: Re: baila conmigo (libre)   Sam 13 Mai 2017 - 20:16

Informations diverses.

let me hit it, drop it



"Avec plaisir."

Il ressort son briquet de sa poche et allume la cigarette volée. Jay sourit parce qu'il pourrait presque prendre cette demande pour un sous entendu lubrique. Et vue comment sa soirée avait débuté, ça ne serait pas la chose la plus sallace qu'il ait déjà entendu. Relâchant une bouffée de nicotine, il acquiesce de la tête les propos de son nouvel ami et ne manque pas d'ajouter:

"Ouais, et c'est exactement ce que j'ai déjà fait. Je crois que ce soir je suis motivé."

Il jette un coup d'oeil à sa montre en plissant les yeux.

"Il est genre 1h30 du mat', et je suis déjà bien torché. Je me suis fait un mec et une nana. Maintenant je m'ennuie presque."

Il s'accoude à la balustrade, plus se maintenir droit qu'autre chose. Jay dévisage l'inconnu qui pour lui est déjâ devenu un pote. Un pote dont il oubliera surement l'existence une fois sa gueule de bois passée. Il examine ses traits particuliers. Sa mine défoncée. Son air mystérieux. Et il le  trouve charmant. Ses paroles énigmatiques poussent Jay à écarquiller les yeux de curiosité et son corps penche insconciemment vers l'inconnu.

"Quel jeu? Tu veux qu'on joue à quoi?"  

Jay, il est prêt à tout pour se laisser distraire. Pour profiter de cette nuit. Il est aussi très joueur et si ce bel étranger veut jouer, il ne sera pas déçu. Tactil, le jeune homme s'aggrippe  au bras de son nouveau compagnon de jeu et pose sa tête sur son épaule.


"Dis, ça fait longtemps que t'es arrivé? Parce que je connais presque tout le monde dans cet appart' et j'aurais remarqué une nouvelle tête."

Jay lève doucement la tête de son épaule et lui lance un regard taquin.

"T'as pas une tête banal non plus. Tu sais à quoi tu me fais penser? A ce genre de mec psychopate dans les films.
Fou mais charmant."



Un joli mix qui s'avère être toujours fatal. Cet homme lui sera-t-il fatal? Jay n'en sait rien et c'en est que plus excitant.





_________________

   
   

       

           

       

       Il donne à manger avec la cuillère et crève les yeux avec le manche. Alors tu continues à bouffer sans même te rendre compte qu'il te sert de la merde.
©️ Frimelda
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
mungo


Tes messages : 28
Inscription : 16/04/2017
Ta célébrité : Charlie Heaton
Crédits © : kawaiinekoj

Ta présence ici : Je suis là !
Monté à bord à : New York
Argent sur toi : 103$
Dans ton sac : Passeport canadien, passeport irlandais, permis de conduire, sept condoms, caméra Polaroid, paire d'écouteurs, un baladeur-cassette, un briquet, un vieux Nokia, The New York Trilogy de Paul Auster et un éléphant en peluche.
Relations : + Elio
+ Nae
+ Jay


MessageSujet: Re: baila conmigo (libre)   Sam 27 Mai 2017 - 18:34


Bryan s'égare et rigole. Il en oublie ses ambitions nocturnes, la tête de Jay glissant contre son épaule. Le geste l'amuse, car ce n'est pas du repos que le garçon trouvera en s'appuyant contre Bryan pour lequel la noche ne fait que débuter. De toute manière, son nouveau compagnon semble de la même trempe, d'autant plus muni d'un empressement remarquable. Bryan étudie les manches qu'a jouées Jay depuis son arrivée à la fiesta et le Canadien est électrifié par le désir de se donner autant à l'esprit de la fête. Au loin, il entend la Hudson River ruminer par le biais de ses flots, l'eau giclant contre la cité illuminée, comme la douce menace de la furie jalouse du courant qui ne court plus assez vite. Le jeune homme expire et la boucane s'essouffle dans le ciel noirci, dans l'espace inoccupé tel un affront à ces mêmes torrents, indiscernables dans l'obscurité.

« Un moment, ouais. »

Dès que la nuit tombe, le crépuscule dépassé, toute notion du temps échappe Bryan. Depuis quelle heure s'était-il présenté à cette fiesta? Quand s'était achevé sa pregame? Avec qui avait-il dansé, qu'avait-il bu, pourquoi avait-il fumé? Bryan aime bien imaginer ces escapades nocturnes comme étant distinctes de ses aventures diurnes, avec leur science propre où les heures et les minutes sont instantanées, confuses et superposées.

« Gracias. » répond-t-il au commentaire sur son visage et son regard. Étrangement, il comprend immédiatement la référence de Jay, visualisant sans difficulté ces hommes au visage creux dont l'esprit sombre sue à travers leurs traits.

« On dit que la vie est un film, non? » conclut-il en quittant l'appui frais de la balustrade et la beauté de la Big Apple scintillante. « Faut savoir si tu en crois les clichés ou pas? » Il cligne de l'oeil à Jay, amusé par l'intrigue tendue entre les deux garçons.

« Tu te demandais quel était le jeu? Allez, allons bailar. »

L'invitation à danser est lancé, le plancher du flat tremble au son de la musica et du poids des danseurs et ces élans font vrombir la cage thoracique de Bryan. La pression écrase son coeur et accélère son pouls, lequel ne veut plus se contenir, mais bien… brûler.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: baila conmigo (libre)   

Revenir en haut Aller en bas
 
baila conmigo (libre)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
la belle colère :: les escales - zone rp :: NORTHEAST :: NEW YORK :: NEW YORK CITY-
Sauter vers: